Ma salle de bain Zéro Déchet

Nouvelle année[1] rime avec nouvelles résolutions. J’ai donc décidé de commencer cette nouvelle année en passant ma salle de bain en « zéro déchet ».

Salle de bain zéro déchet thibaudd

Le “zéro-déchet” est un sujet qui est très à la mode en ce moment, les gens ont envie de modifier leur façon de consommer et ça se voit. J’ai commencé à m’intéresser à la question du zéro déchet avec le livre de Béa Johnsson – Zéro déchet. Je me souviens en avoir parlé avec Marine[2] à l’époque qui m’avait regardé avec des yeux ébaillis trouvant l’idée intéressante mais pas du tout réalisable.

Mais le temps passe, les choses changent. Et le sujet du “zéro déchet” s’est invité dans les discussion de famille. Et petit à petit, on a eu envie de modifier nos habitudes de consommation. Mais par où commencer ?

Le défi est tellement vaste qu’il semble impossible à réaliser, on pourrait vite se sentir décourager. C’est comme ça que j’ai décidé de commencer ma démarche zéro déchet par ce qui est, pour moi, le plus simple : ma salle de bain !

On va donc parcourir ensemble mes nouvelles habitudes « cosmétique » pour cette année 2019.

Le zéro déchet, c’est quoi ?

Dans mon expérience personnelle, c’est Béa Johnson via un reportage dans l’émission 7 à 8 qui m’a fait découvrir ce nouveau mode de vie “zéro déchet”. Mais c’est quoi le “zéro déchet” ?

Le “zéro déchet” est un mode de vie qui consiste à modifier ses habitudes de consommation pour ne plus produire produire de déchet et être plus respectueux envers la planète.

Donc l’idée est simple (sur le papier en tout cas) : on ne produit plus de déchet. Pour y arriver, on achète ses produits en vrac, on va avec ses propres contenants faire les courses, on fabrique ses produits, etc.

Cet article n’a pas pour but de vous présenter le mode de vie “zéro déchet” dans son intégralité. Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille quelques lectures :

Avec ces 3 livres et 2 blogs, vous saurez à peu près tout ce qu’il faut savoir sur le zéro déchet. Et vous aurez même quelques astuces pour débuter la démarche si le coeur vous en dit.

Pourquoi vouloir atteindre le zéro déchet

C’est la question qu’on me pose le plus quand je parle de cette volonté de tendre vers le zéro déchet. J’ai cette envie car je pense qu’il est temps qu’on se bouge pour notre planète.

Car je pense qu’il est temps de se bouger pour notre planète !

Même si Donald est persuadé que c’est une fake news, notre planète part en vrille. Si les choses en changent pas, il ne restera pas grand-chose de bon pour le futur. Du coup, je pense qu’il est temps qu’on se bouge pour essayer de changer les choses à notre manière.

Je sais très bien que je ne vais pas changer le monde en n’achetant plus de déodorant en spray. Je ne vais pas changer le monde à moi tout seul. Mais, je me dis que si ma démarche arrive à persuader quelques personnes de le faire, on pourrait, à termes, changer les choses.

Du coup, je mets en place certaines choses pour modifier mes habitudes de consommations et j’en parle autour de moi. Et je pense que si tout le monde fait un petit effort (comme par exemple remplacer ses bouteilles en plastique par une gourde), on peut changer les choses.

je commence par ma salle de bain

J’ai choisi la salle de bain pour une raison très simple : “cela ne concerne que moi”. Le souci quand on prend de nouvelles habitudes, c’est qu’il faut convaincre son cercle proche de vous suivre dans votre démarche et ce n’est jamais simple (je l’ai vécu avec le végétarisme). Du coup, dans ma démarche, j’ai voulu commencer par la salle de bain car cela ne concerne que moi. Par la même occasion, ça me permet de prouver à ma femme que c’est totalement faisable.

J’ai commencé par le savon en m’achetant une savon de Marseille sur le marché près de chez moi à Thuin mais c’était une erreur car le savon de Marseille n’est pas vraiment conçu pour se laver. Du coup, j’avais une sensation très désagréable en me lavant et j’ai vite laissé tomber. J’ai pris quelques renseignement sur le web pour retenter l’expérience et de mes lectures, j’ai décidé d’acheter un savon d’Alep.

L’expérience fût une réussite et le savon solide était totalement adopté. Entre-temps, j’ai terminé mon savon d’Alep et je m’en suis procuré un nouveau dans une boutique qui s’appelle « La Baraque à vrac » située à Thuin (le village où je vis).

La page Facebook de La Baraque à Vrac

Pour le shampoing, je suis aussi passé au produit solide et j’ai jeté mon dévolu sur une marque qui s’appelle « Rebelle de Nature ».

La page Facebook de Rebelle de Nature

J’ai choisi le shampoing à l’argile verte et je l’utilise indifféremment pour mes cheveux et pour ma barde. Je suis totalement conquis par ce produit que j’utilise régulièrement pour l’entretien de ma crinière.

Toujours pour la barbe, je n’achète plus d’huile chez mon barbier mais j’entretiens ma barbe avec de l’huile de ricin en vrac et ça fonctionne très bien également.

Pour le déodorant, j’ai également trouvé mon bonheur chez Rebelle de Nature avec le déodorant Cyprès – Menthe Poivrée qui a réussi à me convaincre en quelques jours. J’ai toujours eu des difficultés à trouver un déodorant qui me convient. Bien souvent, en fin de journée, je devais en remettre pour éviter les odeurs désagréables. Avec ce déodorant solide, fini l’odeur de transpiration en fin de journée. Il tient la journée complète, j’en suis totalement satisfait.

Seul souci, la Baraque à Vrac ne vend pas ses (encore ?) les produits « Rebelle de Nature ». J’espère vraiment qu’ils vont bientôt collaborer ensemble. En attendant, je fais mon shopping à Gerpinnes (à 15 minutes de chez moi) chez Vrac’Attitude.

La page Facebook de Vrac’Attitude

Je croise vraiment les doigts pour que les produits « Rebelle de Nature » soit disponible à Thuin car j’aimerais pouvoir être « zéro déchet » tout en limitant mon empreinte carbone. Affaire à suivre

Il me restait donc à changer mon dentifrice et ma brosse à dents. J’ai vu passer sur le web des sites qui proposent des brosses à dents en bambou à des prix très attractifs mais je ne voulais pas commander ce genre de produit en ligne. Quitte à être « zéro déchet », autant consommer local par la même occasion.

Du coup, je me suis fourni, une nouvelle fois, à la Baraque à Vrac où j’ai trouvé une brosse à dents en bois et du dentifrice en poudre. Le dentifrice en poudre est le produit avec lequel j’ai eu le plus de difficultés car c’est très différent de ce qu’on connait, ça ne mousse pas du tout !!! Mais en persévérant j’ai finalement adopté le dentifrice en poudre. J’ai même l’impression que ça nettoie mieux que le dentifrice classique mais ça doit certainement être psychologique.

Du coup, j’ai réussi à atteindre mon objectif avec la salle de bain et j’ai même réussi à convaincre ma femme qui a entamé son processus « zéro déchet » pour sa salle de bain aussi. On aimerait d’ailleurs, dans un futur proche, apprendre à faire nos produits nous-même pour aller un peu plus loin de cette démarche.

La prochaine étape (quand nous aurons récupéré notre maison[3]), on aimerait fabriquer nos produits d’entretiens nous-même pour ne plus devoir les acheter en magasin.

J’espère que cet article vous a plu. Je tenais aussi à remercier Alain de La Baraque à Vrac pour tous les conseils qu’il a pu me fournir quand j’étais à la recherche de solutions.


  1. oui je sais, je suis un peu en retard sur le planning initial  ↩
  2. ma femme  ↩
  3. on ne vit pas chez nous pour le moment car nous faisons des travaux  ↩

Crédit photo illustration : unsplash-logo
Sylvie Tittel

thibaudd

thibaudd

Je m’appelle Thibaud (d’où le pseudo thibaudd), j’ai 33 ans, j’habite Thuin (en Belgique) avec ma femme et ma petite fille. Bienvenue sur mon blog.

2 comments

  1. Très bon article Thibaud.
    Je vais m’intéresser à ça de plus près 🙂

    1. Merci !

      Si tu as des questions, n’hésite pas.

Laisser un commentaire