Un chargeur d’Apple Watch nomade

Après avoir longtemps lorgné sur le modèle de chez Belkin, j’ai finalement craqué pour un chargeur d’Apple Watch de chez Trendy Tech Bros.

Il n’existe pas énormément de solutions pour recharger son Apple Watch en mobilité. On peut embarquer, dans son sac à dos, son chargeur d’Apple Watch et une batterie externe, mais je trouvais cette solution peu intéressante, car je devais racheter un 2e chargeur étant donné que le mien est fixé sur ma table de nuit.

La solution la plus évidente aurait été de craquer pour la batterie Belkin : Valet Charger 6700 mAh, mais son prix m’a toujours un peu rebuté.

Je suis déjà équipé d’une batterie externe et aller remettre 100€ dans une nouvelle batterie n’était une idée qui m’intéressait. Du coup, j’avais mis mes recherches de solutions en pause, car rien ne me convenait.

C’est en perdant du temps sur Instagram que j’ai découvert la marque Trendy Tech Bros. Je n’avais jamais entendu parler de cette marque avant ça.

J’étais un peu sceptique au début, car je ne connais pas du tout cette marque, mais il y avait plus de 80 avis sur leur site et tous étaient plutôt unanimes sur la qualité du produit (69 avis à 5 étoiles et 14 à 4 étoiles).

Je dis souvent à mes proches qu’il ne faut pas forcément se fier aux avis que l’on trouve sur les sites internet, mais pour le coup, j’étais plutôt tenté par ce produit. **Il était vendu à 60$(+fdp)**. Sur le coup, je me suis dit : “Pour 30€ de plus, j’ai la batterie Belkin”. Je n’ai pas acheté ce produit ! Mais quelques semaines plus tard, il est réapparu dans mon flux Instagram en promotion : 34$ et frais de port offert.

J’ai craqué de suite !

Une batterie pour Apple Watch plutôt bien finie (pour le prix)

Une fois la commande passée, j’ai dû attendre 2 semaines pour le recevoir. J’étais un peu stressé, car le numéro de tracking qu’il m’avait envoyé ne fonctionnait pas, mais finalement, la batterie est arrivée et je suis plutôt content du produit.

Certes, on est assez de la qualité de finition de la batterie Belkin qui est toute en aluminium avec des finitions de super bonne qualité. J’ai pu comparer les deux produits, car mon frère possède le modèle de chez Belkin.

Avec le modèle de chez Trendy Tech Bros, on ne peut pas recharger autre chose que son Apple Watch. À l’inverse de la Valet Charger qui permet également de recharger un autre appareil avec un câble USB (un iPhone par exemple).

Mais pour le prix, le produit est correct. On se retrouve avec une batterie d’Apple Watch de petite taille (5,5×4 cm) avec un petit mousqueton pour l’attacher dans son sac.

Le produit est tout en plastique. L’avant et l’arrière de la batterie sont noirs avec une finition soft (comme les coques en silicone de chez Apple) et le contour a un effet métal brossé (mais de loin uniquement).

Niveau autonomie, on est également très loin de Belkin. On a une batterie de 950 mAh qui proposent 2 recharges d’Apple contre 6700 mAh chez Belkin. Mais les usages sont différents, ici on ne recharge que son Apple Watch et deux recharges, c’est largement suffisant dans mon cas.

On a, sur la face avant, 4 petites LED pour indiquer le niveau de charge de la batterie. Pour recharger cette dernière, il faudra passer par un câble micro-USB[1] (comme chez Belkin).

Vous l’aurez compris, je suis parfaitement satisfait de ce produit qui a trouvé sa place dans mon sac à dos au quotidien. C’est très pratique pour les journées qui se terminent tard dans la nuit, cela permet d’avoir toujours de la batterie pour mon Apple Watch.


  1. Si quelqu’un connait un modèle similaire qui se recharge en Ligthning qu’il se manifeste de suite  ↩

Mes envies de photographies

Il y a 2 ans, j’ai revendu tout mon matériel photo pour n’utiliser que mon iPhone comme appareil photo. Sur le moment, l’idée était géniale ! Mais, aujourd’hui, je regrette un peu.

mon regretté Canon 5D

L’iPhone est un outil extraordinaire pour prendre des photos. On l’a tout le temps dans sa poche, on peut le dégainer en quelques secondes pour prendre une photo, une vidéo, etc.

Avec l’amélioration constante de nos smartphones, certaines marques, comme Moment[1], se sont lancées sur le marché des accessoires iPhone. Aujourd’hui, on peut se créer un véritable petit studio[2] de poche pour nos téléphones avec des objectifs en tout genre, des micros, des trépieds (portables ou moins portables), des stabilisateurs, etc.

L’iPhone (et les smartphones en général) a vraiment trouvé sa place sur le marché de la photographie au point d’éradiquer les petits appareils photo. J’en suis la preuve mes dernières photos de Londres visibles sur Instagram, ont été prises et retouchées avec l’iPhone. Bref, l’iPhone s’est vraiment imposé comme un appareil photo “grand public”.

Pourtant la photographie au reflex me manque

Oui la photographie au reflex me manque pour deux raisons :

  • le plaisir de déclencher au travers du viseur
  • le plaisir de ne pas avoir mon téléphone dans les mains tout le temps

Je m’explique !

Pour la seconde raison, elle est apparue depuis l’arrivée de ma fille. On se rend compte, avec ma femme, qu’on a presque tout le temps nos téléphones en mains, même quand on est avec notre fille.

Ce n’est pas forcément pour trainer sur Instagram ou publier un truc sur Twitter que notre iPhone est près de nous, c’est pour pouvoir prendre une photo sur le vif quand notre fille fait un truc mignon (ou une connerie, ça marche aussi). Mais cette omniprésence de l’iPhone dans son quotidien développe chez elle des réflexes que je n’apprécie pas.

Elle transforme tout en téléphone pour faire semblant d’appeler (il y a une fois où ça m’a fait rire, car j’étais en train de lui expliquer qu’elle ne pouvait pas se mettre debout sur sa chaise, car c’était plutôt dangereux. Elle n’a pas apprécié la remarque et elle a pris une télécommande pour appeler sa mère “au secours”), elle réclame nos téléphones pour regarder des photos où essayer de gratter un dessin animé entre deux activités, etc.

Je ne veux pas, même si mon iPhone est une extension de ma main, que ma fille reproduise ça. Du coup, je laisse plus souvent mon téléphone dans une autre pièce et j’essaie d’appliquer les astuces de Shawn Blanc. Mais j’ai constaté que je prenais moins de photos de ma fille en faisant ça, car je n’avais plus mon appareil photo dans ma poche.

Pour la première raison, elle est totalement irrationnelle, mais j’ai récemment remis les mains sur un boitier photo (hybride pour le coup, un Fuji X-T1 si vous voulez tout savoir) et j’ai adoré la sensation de coller son oeil au viseur pour chercher le point de vue que l’on veut immortaliser.

On perd totalement ce plaisir avec l’iPhone. Même si l’on peut composer sa prise de vue avec son iPhone, le plaisir n’est pas aussi fort qu’avec un oeilleton et un viseur. J’ai retrouvé le plaisir de la prise en main aussi, j’avais oublié à quel point la prise en main d’un appareil photo était agréable. Malgré son encombrement et son poids, j’adorais mon 5D.

une envie de photographie déconnectée

L’autre chose dont je me suis rendu compte en passant en revue mes notes dans Day One, je ne fais plus de sorties photo !

Rien ne m’empêche de le faire me direz-vous ! Et pourtant, depuis que je n’ai plus de matériel photo, je ne fais plus de sorties photo. Je continue à prendre des photos quand je suis en ballade, en voyage, etc. Mais je ne programme plus des journées dédiées à la photo. Et je crois que ça me manque. Passez la journée dehors avec l’iPhone dans le sac et l’appareil photo en main pour essayer de sortir quelques belles images.

Bref, la photographie me manque !


  1. si jamais, je vous glisse mon lien affilié  ↩
  2. certains utilisent même l’iPhone pour tourner des films  ↩

Je ne sais plus lire !

Sous ce titre un peu aguicheur se cache une triste vérité, je ne sais plus lire ! Je devrais le formuler autrement car en réalité, je ne sais plus prendre du temps pour lire.

article publié à l’origine sur médium.

Je ne sais pas quand tout ça est arrivé, je pense que cela coïncide avec mon premier ordinateur portable[1] et mes débuts sur le web.

J’ai commencé à tenir un blog, j’ai commencé à regarder beaucoup de séries[2] et je passais beaucoup de temps sur le web.

Avant ça, je lisais beaucoup. J’ai toujours aimé lire, je tiens ça de ma mère qui lit énormément. Du coup, je lisais tout le temps et je lisais de tout. Même à l’école, j’aimais lire et pourtant ce qu’on nous faisait lire n’était pas toujours très agréable à lire.

Mais en 2009, j’ai eu mon premier ordinateur portable, j’ai découvert les blogs, les flux RSS, je passais mon temps sur la toile, sur Twitter[3] et je n’avais plus le temps de lire autre chose que ce qui se trouvait en ligne.

Dix ans plus tard, je ne lis plus de livres. Mon Kindle prend la poussière et pourtant j’aimerais lire ! Mais j’ai l’impression de prendre mon temps quand je lis, j’ai cette impression (totalement fausse) que le monde continue à avancer sans moi quand je lis. Du coup, je préfère errer sur la toile plutôt que de lire comme ça s’il se passe quelque chose, je serai présent.

Je sais que c’est débile.

En plus de ça, depuis 10 ans, je me suis conditionné à lire et à voir des trucs courts : des articles de blogs, des tweets, des épisodes de séries, des vidéos YouTube, etc. Je ne sais plus “prendre le temps” de lire une centaine de page par exemple et je le regrette.

J’essaie de lire le soir, avant de m’endormir, mais ça ne fonctionne pas. Je finis toujours pas me retrouver au lit avec mon téléphone à consulter des vidéos YouTube, à trainer sur Twitter, etc. et ce jusque tard. Donc en plus d’être frustré, je suis fatigué.

Pour essayer d’inverser la tendance, je me suis fixé comme objectif en 2019 de lire 12 livres (un par mois) mais je n’ai pas encore fini le premier 🙂 Comme vous faites pour trouver/prendre le temps de lire vous ?

Photo by Lilly Rum on Unsplash


  1. un superbe HP Pavilion dv6000  ↩

  2. en vostfr car les séries ne traversaient pas encore les océans aussi facilement qu’aujourd’hui  ↩

  3. oui je suis un vieux de Twitter désormais  ↩

Gérer son budget

L’argent est un sujet assez sensible sur internet car tout le monde le sait : l’argent c’est le mal ! Pourtant, j’avais envie de parler d’argent sur mon blog. J’avais envie de partager la manière dont je gère mon argent au quotidien. J’avais envie de partager les astuces que j’utilise tous les mois pour en profiter et épargner.

article publié à l’origine sur médium.

Gérer son budget par thibaudd

N.B : Durant tout cet article, je ne vais jamais mentionner ce que je gagne 🙂 On se contentera de parler de pourcentage 🙂

N.B.2 : Je ne prêche pas la bonne parole et ma méthode n’est pas la meilleure méthode du monde, c’est juste MA méthode et je trouve qu’elle ne fonctionne pas trop mal mais au final, chacun fait comme il veut.

J’ai une tendance, si je ne fais pas attention, à dépenser mon argent. Quand j’ai commencé à travailler (je vivais chez mes parents), il m’est arrivé plus d’une fois d’être fauché le 10 du mois 🙂 Du coup, je commençais le mois suivant fauché également.

Quand j’ai décidé de partir à Montréal, il me fallait 3 mois de salaire pour traverser la frontière (et un peu plus pour la traverser sereinement). Du coup, il a donc fallu combattre mes envies dépensières. Pour ça, j’ai mis en place une stratégie pour économiser de l’argent.

Diviser pour mieux régner

Ma stratégie est assez simple : 2 comptes à vue différents et un compte épargne. Je me suis rapidement rendu compte qu’un seul compte n’était pas une bonne idée pour moi car je dépensais sans faire attention. Du coup, j’ai ouvert un deuxième compte, dans une banque différentes, sur lequel je versais l’argent que je pouvais dépenser par mois.

Pour déterminer cette somme, j’avais calculer mes frais fixes (abonnements, GSM, etc.). A ce moment, j’ajoutais la somme que je voulais mettre de côté pour atteindre mon objectif. Je déduisais le tout de ce que je gagnais et ça me donnait une somme que je pouvais dépenser par mois.

Mon salaire arrivait dans la banque A (ma banque principale). Mon compte A me servait à payer mes frais fixes. Dans la banque A, j’avais également un compte épargne. J’avais programmé un versement automatique mensuel de mon compte à vue vers mon compte épargne, comme ça mon épargne était automatisée.

J’avais ouvert un 2e compte dans la banque B. J’avais un 2e versement automatique mensuel qui partait de mon compte à vue A vers mon compte à vue B. Mon compte à vue B était celui que j’utilisais pour mes dépenses quotidiennes.

Je pouvais donc dépenser l’argent de mon compte à vue B sans m’inquiéter de finir dans le rouge. L’autre avantage, c’est que je voyais directement ce qu’il me restait sur mon compte en banque. J’avais même établi un montant hebdomadaire pour encore mieux visualiser ce que je pouvais dépenser semaine après semaine.

Chaque fin de mois, je transférais ce qu’il me reste sur les deux comptes à vue vers mon compte épargne pour repartir à zéro pour le mois suivant.

Une chose que j’ai également mis en place pour mieux me contrôler, c’est la Mastercard Prepaid. Avec cette solution, impossible de dépenser l’argent qu’on a pas et c’est beaucoup mieux. Pour les belges qui sont intéressés par cette solution, je vous conseille deux banques : la CBC où N26.

Comment je gère mon budget aujourd’hui ?

Ma femme et moi avons la chance désormais de gagner plus ou moins la même chose (à quelques euros prés). Et nous gérons toutes nos dépenses communes via un seul compte : notre compte commun. Sur ce compte commun, on a décidé que je verserais 70% de mon salaire et ma femme verserait 60% du sien.

Pourquoi cette différence ? C’est simple : j’ai une voiture de société, ma femme pas. Elle garde, donc, un peu plus d’argent que moi pour payer ses frais de véhicules.

Pour le reste, nous avons chacun un compte à vue et un compte épargne. Et donc je continue d’appliquer ma méthode. J’ai fait le choix d’avoir deux banques de nouveaux. La première où arrive mon salaire, où se trouve notre compte commun et notre hypothèque. J’en ai une seconde qui me sert à dépenser mes sous mensuellement.

La méthode n’a pas beaucoup évolué. C’est la répartition des dépenses qui a évolué. Je vais vous détaillé la répartition des dépenses qui est similaire chaque mois.

Comme je l’explique un peu plus haut, je vers 70% de mon salaire vers le compte commune. Il me reste donc 30% pour moi. Sur les 30% qu’il me reste, j’en ai dédié 10% à mon épargne mensuel.

Il y a 7% qui sont réservés à mes abonnements mensuels (iCloud, Spotify, Netflix, WeightWatchers, etc.) et 2% pour mon bien être (principalement mon passage mensuel chez le barbier et mes produits de salle de bain).

Vous suivez toujours ? Pour le moment, il me reste 11% de mon salaire mensuel. Comme je l’explique plus haut de l’article, c’est plus facile pour moi de gérer mon budget quotidien. Et ce n’est pas Florence qui va me contredire. A titre personnel, je préfère une division hebdomadaire.

Donc, j’ai divisé les 11% restant en 4 (pour les quatre semaines du mois), ce qui me donne un budget hebdomadaire. Je sais donc que je peux dépenser 2,75% de mon salaire par semaine, en ayant payé tout ce que je dois payer et en ayant mis de l’argent de côté.

L’idée en amont et de bien maitriser ses frais fixes mensuellement, de définir une somme à épargner chaque mois et de cette manière, les sous qu’il reste peuvent être dépensé sans craintes.

Bien évidemment, je ne suis pas obligé de dépenser cette somme ! Il ne faut pas se forcer à dépenser si on en a pas besoin. J’ai ajouté une routine dans Todoist qui tous les premiers jours du mois me rappelle de « solder mon compte à vue ». Je vais donc le bilan de ce que j’ai dépensé et je verse l’argent qui n’a pas été dépensé sur mon compte épargne.

Comme je l’ai précisé en début d’article, je ne dis pas que ma méthode est la meilleure. J’avais simplement envie de partager ma méthode qui m’a permis de tenir mon budget depuis plusieurs années.

Si ce type de sujet vous plait, voici d’autres points de vue :


Photo by Melissa Walker Horn on Unsplash